CJ3A civile ou ABL: les différences

CJ veut dire Civilian Jeep. Les CJ2, 2A, 3A, 3B, 5… sont donc des modèles destinés au marché civil de l’après-guerre. Toutefois, après cette réorientation indispensable, Willys va relancer certains modèles militaires. Ainsi, la M38 est une version militarisée de la CJ3A. La M38A1 est le pendant militaire de la CJ5.

Lorsque l’armée belge décide de renouveler en partie ses jeeps après-guerre, elle ne choisit pas la M38, jugée trop chère, mais décide de modifier des CJ3A. A cette époque et jusqu’en 1953, les Ets Wilford sont importateurs de la marque Willys. Les véhicules sont assemblés dans les usines de la Chée de Haecht. Pourtant, les CJ3A de l’armée belge seront montées (ou adaptées) aux Ateliers de la Dyle à Louvain. Il semble donc qu’en 1952 et 1953, 2 sociétés commercialisent Willys Overland en Belgique. Initialement les Ateliers de la Dyle ne s’occupent que des jeeps destinées au marché militaire. Mais après 1953, les Ateliers de la Dyle vont récupérer le monopole et assembler ou importer les jeeps en Belgique.

Notons toutefois que certaines CJ3A non-militarisée seront achetées par l’Armée Belge, mais probablement entre 1949 et début 1952 maximum. Il s’agit donc probablement de jeeps Wilford.

Une CJ3A, en version purement civile: elle possède même le marchepied. Elle est utilisée par la Police Militaire de l’Armée Belge.
Un défilé de jeeps de l’Armée Belge. La jeep encadrée possède sa roue de secours sur le côté, indice d’un modèle purement civil.

En cherchant un peu sur Internet, on peut facilement trouver des comparatifs entre les CJ3A et leur pendant militaire, la M38. Je me propose dans cet article de vous détailler les différences entre les CJ3A civile d’origine belge et les CJ3A militaire de l’Armée Belge (ABL).

Jeep CJ3A, version 100% civile.
La jeep M38, version militaire de la CJ3A.
A mi-chemin entre ces 2 modèles, voici la version militaire de la CJ3A qui équipa l’Armée Belge après-guerre. Une Civilian Jeep militaire!

La caisse :

La première grande différence que l’on trouve concerne le haillon arrière qui est condamné sur les jeeps CJ3A ABL. Une plaque est soudée en lieu et place du haillon. Cela permet de replacer la roue de secours et les jerricans sur le panneau arrière, alors que les jeeps civiles n’ont pas de jerrican et ont leur roue arrière sur le côté.

Les jeeps civiles sont équipées d’un haillon permettant de charger l’arrière de la jeep. La roue de secours est donc déplacée sur l’aile arrière droite.
Sur les jeeps militaires, un panneau est soudé derrière. Le jerrican et la roue de secours y sont attachés, comme sur une jeep MB .

De plus, tout comme sur les jeeps Willys MB, de nombreuses poignées sont placées sur la caisse, ce que l’on ne trouve pas sur une CJ3A purement civile.

Des poignées sont fixées sur la caisse des jeeps de l’armée.

Clignotants – calandre – éclairage:

La calandre d’une CJ3A civile est équipée des phares et de 2 catadioptres. Sur les CJ3A militaires, je distingue 2 variantes. Le premier modèle de calandre est tout à fait semblable aux jeeps civiles. Des clignotant sont présents sur les ailes avant de la jeep, à nouveau comme sur les jeeps civiles, mais le modèle est différent.

2 catadioptres se trouvent en-dessous des phares. Les clignotants « Made in Belgium » se trouvent sur les ailes avant. Le modèle présenté est propre aux véhicules des Ets Wilford.
CJ3A militaire. Le montage est identique au précédent, avec des catadioptres sur la calandre et des clignos sur les ailes. Le modèle des clignotants est différent.
Une autre vue sur les clignos placés sur les ailes.

Le second modèle de calandre des jeeps CJ3A ABL possède des phares de blackout et des clignotants intégrés. Elle est donc percée de 4 trous pour permettre cette installation. Notez également qu’elle n’a plus de catadioptres.

Calandre de CJ3A avec clignos et phares de blackout intégrés. C’est le modèle le plus courant sur les jeeps CJ3A ABL.

De plus, sur l’aile avant gauche est placé un phare de blackout, au même endroit que sur les jeeps MB. Ce phare n’est présent que sur les jeeps ayant les clignos et petits phares de blackout intégrés dans la calandre.

Phare de blackout

A l’arrière, les jeeps civiles sont équipées au plus d’un feu stop unique et de catadioptres. Les CJ3A ABL possède un éclairage beaucoup plus sophistiqué, comprenant feux-stop, clignos et blackout. 2 modèles coexistent: soit un modèle rectangulaire à 3 éclairages, soit un modèle rond possédant 2 zones d’éclairage.

Le premier modèle d’éclairage arrière, il ‘agit d’un boitier vertical avec 3 zones éclairées.
Vue sur la gauche du même boitier à côté du catadioptre.
2ème modèle, rond cette fois et avec seulement 2 zones éclairées.
Autre vue sur le phare arrière rond.

Intérieur caisse:

Dans l’habitacle, les CJ3A civile possède une poignée pour le passager avant. Sur les CJ3A militaire, cette poignée est beaucoup plus grande et très visible sur de nombreuses photos.

Petite poignée pour le passager avant.
grande poignée sur les jeeps ABL.

Capot:

Abordons maintenant le capot. Sur les jeeps militaires, il possède un renfort comme on peut le voir sur la photo suivante. Le capot peut dès lors servir de plateforme d’observation. Sur les jeeps civiles, ce renfort n’est pas présent. Je vous déconseille de monter sur le capot d’une CJ3A…

Le capot possède un renfort sur toute sa largeur.
Un capot d’une CJ3A purement civile en restauration; Il ne possède pas de renfort.

Capote:

La structure de la capote est également différente. Les CJ3A civile possèdent une structure faites de 2 arceaux arrière emboité dans la caisse, dans un montage finalement assez similaire aux premières Land Rover et Minerva. Les CJ3A ABL possèdent la même structure de capote que les jeeps MB.

La structure est faite d’arceau s’emboitant dans des logements dans la caisse. La capote est modulable et permet une configuration totalement bâchée ou pickup comme sur cette photo.
Capote d’une CJ3A ABL. La structure des arceaux est identique à celle des Willys MB.

La fixation de cette bâche sur le haut du pare-brise diffère également. Sur les CJ3A civiles, un rail parcourt toute la largeur du parebrise afin de fixer la capote. Les CJ3A ABL sont équipées de 3 points d’attache.

Pare-brise civil, avec un rail sur toute la largeur afin de fixer la capote.
Sur les jeeps ABL, on distingue 3 points d’attache.

Le châssis :

Les jeeps militaires possèdent une ou deux boucles d’attache sur les longerons du châssis, juste derrière le parechoc. Elles ne sont pas présentes sur les CJ3A civile.

Le c rocher de remorquage des jeeps ABL.

Le moteur des jeeps civiles est logiquement dans ses couleurs d’usine, à savoir noir. Toute la mécanique des jeeps militaire est en rouge, ce qui facilite la maintenance en mettant en évidence les possibles fuites.

Les Ateliers Wilford: Un moteur GO-Devil pend au-dessus de l’établi. Difficile d’établir sa couleur, mais il est très foncé et donc probablement noir, couleur logique pour les moteurs de CJ3A.
Moteur d’une CJ3A ABL, en rouge vif.

Enfin, terminons par les numéros de série. Voici un tableau reprenant leur structure en fonction de l’année du véhicule (source KaiserWillys.com) :

AnnéePréfixeValeur inférieureValeur supérieure
1949 1000137749
1950 3775063784
1951451 GB11000154158
1952452 GB11000138652
1953453 GB11000120616
Les numéros de série par année de construction.

Les CJ3A ABL sont sorties d’usine en 1952, et elles possèdent toutes un numéro de série de l’année 1952, c’est-à-dire précédé du préfixe 452 GB1. Cette information est reprise sur 2 plaques dans le compartiment moteur.

Plaques d’identification d’une CJ3A ABL. La plaque inférieure est rajoutée par l’armée: BJ = bouwjaar, année de construction. Suivent le numéro de châssis sans préfixe et le modèle. Sur la plaque supérieure on distingue (difficilement) 452 GB1, suivi du même numéro de série.

Les CJ3A civile des Ets Wilford possèdent un numéro de série sans préfixe et ce quelque soit leur année de fabrication, ce qui leur donne comme années de fabrication 1949 ou 1950.

ModèleAnnéeNuméro de série
Wilford CJ3A195043083
 195212677
 195337684
Quelques exemples de numéros de série de jeeps civiles des Ets Wilford.

De plus, ces numéros de série ne respectent pas un ordre croissant. Ainsi, dans le tableau, la jeep de 1950 possède un numéro cohérent pour son année, mais les jeeps de 1952 et 1953 possèdent des numéros datant de 1949…

Que peut-on tirer comme conclusion de tout cela ? Je pense que les jeeps Wilford sont bel et bien de modèles 1949 ou 1950, mais qui ont été assemblées en Belgique ultérieurement, et sans respecter la chronologie des numéros. Leur année correspond à leur montage en Belgique, mais les kits de fabrication dont elles sont issus datent de 1949 ou 1950. Je manque malheureusement encore de données pour étayer cette hypothèse.

A contrario, les CJ3A ABL ont été importées en 1952 et font partie d’une commande militaire. Avant livraison à l’Armée, elles sont passées par les Ateliers de la Dyle pour modification. Quelle a été l’étendue de ce montage? Encore une question ouverte.

Voici enfin un petit tableau récapitulatif de cet article :

 CJ3A (civile)CJ3A ABL (militaire)
CaisseHaillon rabattableHaillon arrière soudé
 Roue de secours latéraleRoue de secours arrière
 Pas de jerricanJerrican arrière
 Poignées extérieures
 Petit garde-mainGrand garde-main
CalandreSimpleSimple ou percée pour ajout de phares (voir plus loin)
CapotNon-renforcéRenforcé
EclairageClignos sur les ailes avant (Wilford)Clignos sur les ailes avant ou dans la calandre avant.
 Pas de phares blackoutPhares blackout sur l’aile avant gauche et dans la calandre (pas sur tous les modèles)
Un feu stop arrière2 types de boitiers à l’arrière avec clignos et feux stop intégrés
CapoteCivileModèle MB
ChâssisSimpleAvec boucle d’attache
 Moteur Noir Rouge

Voilà, j’ai fait le tour mais je suis certain d’avoir oublié quelques détails.

Bonne analyse à tous et sur ce,

A+

Big One

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *