Chiffres de production

Début 1951, le Royal Motor Union de Liège (RMU) sort pour son cinquantenaire, un almanach reprenant tous les constructeurs automobiles belges.

On y trouve évidemment une page sur les Ets Wilford, ainsi que 2 photos des ateliers de la Chaussée de Haecht à Bruxelles, visibles dans mon précédent article sur ce sujet.

Le 1470 Chaussée de Haecht aujourd’hui. La SABCA a repris depuis longtemps possession de ses bâtiments.

C’est grâce à la commercialisation des véhicules Overland puis Willys-Overland avant-guerre que les Ets Wilford obtiennent l’exclusivité Willys après-guerre. La société est fondée le 10 janvier 1947.

Photo du personnel administratif des Ets Wilford. En bas à droite, Gustave Wilford.

L’article du RMU est intéressant car il fournit des données sur la quantité de véhicules commercialisés par les Ets Wilford au 31 décembre 1949.

Ainsi, quelques 4000 véhicules ont trouvé acquéreur. Parmi ces 4000 véhicules, 3000 sont sortis des Ateliers, ce qui veut dire qu’ils ont été construits en Belgique. Les 1000 derniers ayant été importés. La proportion est aussi intéressante: 3/4 des véhicules sont construits en Belgique, contre 1/4 importé.

Sur ces 4000 véhicules, 2000 sont des jeeps universelles (CJ2A et CJ3A donc).

De 1947 à 1949, 4000 véhicules sont commercialisés, ce qui représente +/- 1300 véhicules par an. En extrapolant donc et en considérant ce chiffre annuel constant (pas de croissance commerciale donc), de 1947 à 1953 ce sont donc au minimum 9000 véhicules qui sont passés par les mains de Wilford, dont la moitié des jeeps (CJ2A, 3A et 3B qui apparaissent en 1953).

On peut pourtant considérer que le business croit car au printemps 1951, une nouvelle usine voit le jour à Machelen, au 73 rue du Pont-Neuf.

Je savais qu’un déménagement avait eu lieu mais je ne connaissais pas l’adresse exacte des usines de Machelen. La réponse m’es venue grâce à une trouvaille de Stefaan, dont je vous ai parlé dans l’article Barn Find à Eeklo. Il a retrouvé dans une caisse de vieilles pièces de l’ancien propriétaire de sa jeep une plaque de graissage Wilford:

Plaque de graissage retrouvée par Stefaan et qui renseigne l’adresse des Ets Wilford à Machelen à partir de 1951.

Grâce à Gerrit, j’avais fait refaire cette plaque, mais avec l’ancienne adresse des Ets Wilford, Chaussée de Haecht… Ma jeep étant datée de 1953, je vais pouvoir me refaire une nouvelle plaque!!!

La plaque de graissage refaite. Elle doit trouver sa place sur une jeep plus ancienne, datant de 1951 ou d’avant.
73 Nieuwbrugstraat, 1830 Machelen. L’ancien siège des Ets Wilford. Le bâtiment a reçu un petit lifting.

Les affaires semblent donc florissantes et pourtant en 1953 les Ets Wilford cessent la commercialisation des Willys.

Cette passation commerciale reste donc mystérieuse. La commande de jeeps CJ3A modifiées par les Ateliers de la Dyle par l’Armée Belge pose question: Est-ce que ces jeeps ont été importées par les Ets Wilford? J’ai tendance à penser que non, et que soit les Ateliers de la Dyle, soit l’Armée Belge ont fait la commande en direct.

Mais peut-être est-ce quand même Wilford qui a conclu le deal commercial. Si oui, je pense que ces jeeps ont été importées et livrées directement aux Ateliers de la Dyle, sans passer par les usines Wilford.

Et à propos de jeeps Wilford, ma CJ3A avance lentement, vacances obligent… En bossant dessus la semaine passée, je suis tombé sur le numéro de série frappé sur le châssis. Alors je ne sais plus pourquoi, mais j’avais en tête que les CJ3A n’avaient pas de numéros frappés sur le châssis, ce que je trouvais d’ailleurs bizarre. Toujours est-il que je n’avais pas trop cherché ni regardé sur mon châssis. Jeudi passé, en l’examinant de près je suis tombé sur le numéro. Et je me demande comment j’ai pu passer à côté avant !!!!!

Le numéro de série est frappé sur le longeron extérieur gauche avant. Il ne comporte pas de préfixe, ce qui date ce châssis à fin 1949, or ma jeep est datée de 1953.

Et donc mon châssis correspond bien à ma plaque d’identification et à mes papiers, c’est plutôt une bonne nouvelle. La question que je me pose toujours ici est pourquoi ce numéro de série ne correspond pas à une jeep de 1953???

En effet, je vous représente à nouveau le tableau des numéros de série des jeeps CJ3A et 3B:

Mon hypothèse initiale est que Wilford a importé des jeeps en kit et que certaines jeeps datant de 1949 n’ont été montées ou commercialisées qu’en 1953. Ma jeep aurait donc été importée fin 1949 début 1950 en kit. Elle serait restée 3 ans chez Wilford avant d’être montée et vendue en 1953. Le problème avec cette hypothèse est pourquoi stocker des jeeps pendant 3 ans? Et où? Je viens d’estimer plus haut les chiffres de production des Ets Wilford. Avec plus de 1300 véhicules vendus par an, la gestion d’un stock d’attente de voitures de plus de 3 ans n’a aucun sens.

En surfant sur le très impressionnant site CJ3B.info, mon hypothèse initiale est complètement mise à mal: En effet, on y montre une CJ3B Wilford, dont le numéro de série ne possède pas de préfixe.

Le problème est que les CJ3B ont été commercialisée à partir de 1953, et que dès le début elles ont eu un préfixe. L’absence de préfixe ne peut donc pas être expliquée par une jeep d’une année antérieure! Il semble donc que les Ets Wilford n’aient pas utilisés les préfixes, tout simplement.

Sur le site CJ3B.info, une jeep universal des Ets Wilford, datant de 1953, mais dont le numéro de série (20636) ne possède pas le préfixe 453GB1.

La CJ3B dont je parle plus haut a le numéro 20636. A l’exception du préfixe, son numéro est bien compris dans la série 10001 jusque 37551 de 1953.

Par contre, si je pars de l’hypothèse que les Ets Wilford ont fait l’impasse sur le préfixe, ma jeep dont le numéro de série est 37684 pourrait soit dater de fin 1949 (année sans préfixe), soit dater de 1951 (omission du préfixe 451 GB1), soit de 1952 (omission du préfixe 452 GB1), mais pas de 1953 (numéro non présent dans la série)!!!!!

Dans mon précédent article sur les Ateliers de la Dyle, je constatais ce même manquement de préfixe pour une jeep 100% civile mais commercialisée par les Ateliers de la Dyle en 1953 justement. Ici, le numéro de série (17884) avec ou sans préfixe peut dater la jeep en 1949, 1950, 1951, 1952 ou 1953!!!! Mais cela ne remet pas par contre en question mon hypothèse d’un transfert de matériel et de véhicules entre les Ets Wilford et les Ateliers de la Dyle.

En conclusion de cet article, vous l’aurez compris, je m’y perds complètement dans ces numéros de série, et j’espère ne pas vous avoir perdu!!!!

Sur ce,

A+

Big One

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.