Les jeeps RECCE

Je vais aujourd’hui aborder un modèle très peu connu de jeeps Willys : Il s’agit des jeeps de reconnaissance utilisées par les unités commandos et les paras dans l’immédiat après-guerre. Nous allons voir que ces jeeps sont en fait le chainon manquant entre les jeeps SAS de la seconde guerre mondiale, et les Minerva Land RECCE.

Mais commençons par le commencement. Tout le monde connait les jeeps SAS du LRDG (Long Range Desert Group) du Lt-Colonel Stirling. Ces jeeps furent modifiées afin de pouvoir faire des raids derrière les lignes ennemies dans le désert. Elles sont donc adaptées pour le désert, sont surarmées et emportent un nombre conséquent de jerricans pour maximiser l’autonomie. Toutes les modifications de ces jeeps sont faites sur le terrain.

Le concept fut tellement efficace qu’à la fin du conflit les alliés ont créé des jeeps SAS pour le théâtre européen. La différence principale ici est que ces jeeps furent beaucoup plus standardisées que les jeeps du Lt-Colonel Stirling. Elles possèdent une calandre blindées, des réservoirs sur les ailes arrière afin de remplacer les jerricans, ainsi que de blindages permettant de protéger l’équipage. Notez toutefois que toutes les jeeps SAS utilisées en Europe n’ont pas reçu ces équipements standards et que de nombreuses furent adaptées dans la philosophie des premiers véhicules dans le désert.

A quoi servaient ces jeeps ? Durant l’occupation, les anglais ont formés des bataillons de commandos avec de volontaires provenant des pays occupés. A l’invasion, des unités furent infiltrées derrière les lignes ennemies et avaient pour but de déstabiliser l’arrière garde allemande. On trouve donc des bataillons SAS français, mais aussi belges. Sur la photo suivante, on peut une jeep SAS belge en Hollande. Notez le réservoir d’essence supplémentaire sur l’aile arrière, les mines aimantées sur le capot et la trousse de secours sur l’aile avant droite. Les mitrailleuses sont des Vickers.

Après la guerre, l’armée belge s’est reconstruite grâce au matériel militaire livré par les alliés. C’est ainsi que les unités commandos gardèrent leurs jeeps SAS. La photo suivante montre les jeeps SAS à Tervueren, dans l’immédiat après-guerre.

Les jeeps SAS furent ensuite adaptées et améliorées. Comme elles devaient servir à la reconnaissance, elles furent nommées jeeps RECCE, qui est un acronyme au même titre que RECO. J’ai trouvé de nombreuses photos sur ce site d’anciens para-commandos belge . Je vous en propose quelques-unes.

Et voici même une reproduction en maquette.

Nous allons donc analyser tous les détails de ces jeeps. On distingue tout de suite que les modifications sont beaucoup plus poussées que sur les jeeps SAS de la seconde guerre, bien que l’on constate de nombreuses similitudes.

Commençons par l’avant. La roue de secours se trouve fixée devant la calandre dans une position inclinée. Cette position doit probablement gêner le refroidissement du radiateur, dès lors une tôle courbée est placée de part et d’autre de la roue et vise à orienter l’air vers le radiateur.

2 lattes métalliques relient le parechocs aux ailes. Je n’en connais pas l’utilité mais elles sont déjà présentes sur les jeeps SAS WWII. Sur les ailes se retrouvent les phares, protégés par des grilles de protection.

Sur la caisse, côté conducteur, se trouve un affut supportant une mitrailleuse, de type Bren.

En continuant le long de la caisse côté conducteur, on constate la présence d’une plaque de blindage visant à protéger le réservoir.

Le conducteur est protégé par un blindage métallique avec un mini pare-brise blindé pouvant se rabattre. Juste devant se trouve un petit panier pour ranger la trousse de secours. Côté passager on retrouve un affut de 2 mitrailleuses point 30 derrière un écran de blindage mobile.

Et en continuant de longer la caisse côté passager, on distingue également une plaque de blindage à hauteur du siège passager. De plus, une poignée permet de se tenir.

Enfin, la vue arrière laisse apparaitre un panier de rangement supplémentaire. La présence de ce panier a nécessité le déplacement du pneu à l’avant.

Enfin, une plaque de blindage sur laquelle se trouve un affut de mitrailleuse est fixée sur le panneau arrière de la caisse.

A l’analyse de ces photos, on constate que toutes les modifications de ces jeeps se sont retrouvées sur les Minerva Land RECCE : pneu sur la calandre avant, panneaux métalliques courbés, phares protégés par des grilles sur les ailes, les blindages, les poignées et le panier de rangement arrière.

Ces jeeps sont donc le lien entre les SAS de la seconde guerre mondiale et les Minerva RECCE des années 50.

Sur ce A+

Big One

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *